Credit: Le Grand Défi Pierre Lavoie

Ces messages qui soulèvent les foules

matehat
Mathieu D'Amours
25 septembre 2019

Greta Thunberg a eu un effet explosif sur le monde. C'est en août 2018, il y a à peine plus d'un an, que ses protestations environnementales ont commencé. Elle se révoltait contre le fait que les politiciens n’agissaient presque pas face à une crise qu'elle et plusieurs autres qualifiaient de "plus urgente que l'humanité ait vécue jusqu'à maintenant". C'est comme si la maison était en feu et qu'on restait là, dans la cuisine, à se faire un budget pour déterminer quels efforts minimaux on devrait faire pour réduire les dommages sans trop nuire aux autres activités du quotidien.

Ces jours-ci, ils sont des millions à descendre dans les rues pour envoyer un message fort aux politiciens et acteurs influents. Autant de gens engagés sur la même voie. Beaucoup comparent l' "Effet Greta" à l'éclatement d'une bulle de déni qui grandissait.

Dans cet article, malgré que la cause nous touche énormément à Marie-Lou et moi, on ne parlera pas tant de ce que Greta a dit récemment et de ces derniers discours émouvants. On désire plutôt aborder comment un message et une cause peuvent se propager aussi rapidement, soit en à peine plus d'un an!

D'abord il faut rappeler que le sujet du réchauffement climatique n'est pas nouveau. Depuis 20 ans, les ouvrages, études, sommets, documentaires et manifestations s'enchaînent à un rythme de plus en plus rapide. Il y a ainsi un nombre toujours grandissant de gens qui endossent l'état de fait qu'il y a bel et bien un réchauffement global de la température et que ce réchauffement doit être contré à tout prix.

C'est devant autant de gens réceptifs que Greta a livré un message différent: elle a crié que "son futur à elle et à sa génération est en train d'être volé par l'inaction des générations précédentes". Les parents, grands-parents, futurs parents et les enfants eux-mêmes ont été incroyablement interpellés. Une information théorique et abstraite est devenue un message émotif et pressant. Et boum, la bulle du déni a éclaté.


Au Québec, un phénomène similaire s'est produit. Devant une problématique différente certes, mais tout aussi louable.

Pierre Lavoie, à travers les différents programmes de son Grand Défi, a su engager une communauté de plus de 450 000 personnes, qui ont collectivement généré plus de 400 millions de "cubes d'énergies" dans 1450 écoles et 550 garderies et CPE. Il a suscité l'engagement de milliers de québécois et amené autant de gens à poser des gestes concrets au quotidien.

Comment un seul homme a-t-il réussi à rallier autant de monde autour d'une cause commune? Tout d'abord, il ne l'a pas fait seul. Il a réussi, grâce à ses talents de communicateur et à son leadership, à démontrer aux gens la valeur de leur engagement et à ainsi les amener à agir. Il a insisté pour partager le leadership à travers différentes communautés: les enfants ramassent des cubes d'énergie pour dormir au stade olympique et les adultes créent des équipes soudées par un défi physique tout en amassant des fonds pour une école dans laquelle ils sont impliqués. Il a réussi à faire découvrir à chacun son pouvoir d'agir.

Il l'a fait en s'appuyant sur un état de fait que tout le monde connaissait — l'être humain, pour être en meilleure santé physique et mentale, doit bouger plus et avoir de saines habitudes de vie — pour livrer un message rempli d'émotion et d'espoir: "Si la population agit en amont des problèmes de santé, en adoptant de bonnes habitudes de vie, on pourra collectivement mieux agir sur les autres problèmes graves de santé".


Qu'est-ce que ces deux initiatives ont en commun?

Ils sont tous deux profondément animés par une mission forte d'améliorer la société dans laquelle ils évoluent et ont pu livrer, chacun à leur façon, un message qui a résonné fortement auprès de la population. Une population qui était "à point", en adhérant déjà aux bases de leur message.

Aussi, chacun a su tirer parti de mécanismes efficaces de distribution de leur message:

  • Pierre Lavoie a entre autres réussi à s'adresser directement aux enseignants en éducation physique, plutôt que d'essayer d'avoir l'aval des commissions scolaires ou du ministère.
  • Greta Thunberg a été propulsée par des journalistes et influenceurs modernes sur les réseaux sociaux. Elle a réussi à faire cela en insistant qu'elle devait s'absenter de ses cours pour manifester devant le Riksdag (parlement suédois) jusqu'aux élections générales.

Chacun a réussi à convaincre un très grand nombre de gens que leurs actions en tant qu'individus, face à leur cause, pouvait avoir un grand impact. Et que cet impact peut être porteur de sens pour notre vie en tant que citoyen.

Le livre de Greta est intitulé "No One Is Too Small to Make a Difference", un fait qu'on a souvent tendance à oublier au sein d'une société énorme et complexe comme la nôtre. Mais lorsqu'un leader vient nous le rappeler de temps en temps, on ne peut faire autrement que d'aspirer à faire une différence aussi.


Ces deux cas inspirants mettent la table pour l'annonce de notre prochain Braver Talk, qui aura lieu dans un peu plus d'un mois! Les détails sont sur Facebook et EventBrite!